1er mai : Fête du travail

Le 1er mai, voilà un jour appréciable du fait de sa fériérisation et de l'odeur de muguet qui embaume nos rues (n'exagérons rien !) En France, comme un peu partout en Europe, nous fêtons le travail en restant chez soi histoire de se rappeler que c'est une si grande chance d'avoir un travail qu'il faut à tout pris qu'on s'en souvienne et ce même quand nous ne sommes pas forcés d'y aller.

Encore cette année, Jean-Marie Le Pen va scander "Jeanne, au secours !", à une date qui n'a absolument rien à voir avec la jeune pucelle née trente jours plus tard.
La CGT va pouvoir compter ses adhérents parmi les rangs des syndicats ultra-libéraux et "macroniens" style CFDT. 
Les jeunes, représentants une bonne part des 6 millions de "branleurs qui n'ont pas assez cherché", ne se sentiront pas particulièrement concernés par le sujet étant donné que l'emploi est une vague notion oubliée à la fin d'un CDD chez McDo. De toutes façons, à quoi bon ? Nous devrions fêter le repos plutôt que l'aliénation. "Le travail pense, alors que la paresse songe" écrivait poétiquement Jules Renard.

Rassurez-vous, cette année nous avons de la chance. Pourquoi ? Nous sommes à moins d'une semaine du deuxième tour de l'élection présidentielle et l'opération "récupération politique" est d'ores et déjà lancée, afin de déterminer qui sera le porte-parole d'un monde ouvrier en déclin. 

Bref, ne nous attardons pas trop sur le sujet, et intéressons nous à ce qui nous inspire vraiment : la musique. Et puisque cette fête du travail 2017 s'annonce comme du grand n'importe quoi, écoutons la douce voix de la voluptueuse Rihanna accompagnée du talentueux Drake dans "Work". Bon visionnage. 

M.M